One Poet Show

Émergeant des limbes de l’enfance, le souffle d’une voix introduit le premier spectacle du slameur Souleymane Diamanka pour la compagnie ÉCLiPSE DE PLUME, son « One poet show».


« J’ai rencontré Souleymane Diamanka à l’école du quartier des Aubiers, à Bordeaux. J’exerçais depuis peu l’improbable métier d’instituteur. Un rien perdu, un tantinet lunaire. J’ai remarqué l’élève Souleymane avant même de l’avoir en classe de CE2. Sans doute avait-il déjà une présence qui se détachait des autres présences… ».
Cette voix, enregistrée, c’est celle de Dominique Boudou, qui fut instituteur de l’artiste il y a près de quarante ans maintenant. Une voix fondatrice. De celles dont l’écho souffle « Oui vas-y, lance-toi ! » au détour d’une salle de classe dans laquelle l’enfant timide peinait parfois à trouver sa place. Seul en scène pour son One Poet Show, conçu « comme un condensé épuré de tous les répertoires musicaux qui l’ont construit » à partir de textes, ré-agencés ou inédits, Souleymane Diamanka se présente, la voix grave, comme un « donneur de paroles d’honneur » – désireux « d’inviter le spectateur au voyage, et à oser ».


En fond de scène, des visuels sont projetés et traduisent à merveille l’univers de l’artiste. Ceux-ci ont été créés par son ami, l’artiste Jean-Marc Le Jeune.

###

« De la kermesse de l’école jusqu’à la scène du Zénith

C’est à chacun son music-hall, ses classiques et ses élites. »

***

« Les mots sont les vêtements de l’émotion et même si nos stylos habillent bien nos phrases

Peuvent-t-ils vraiment sauver nos frères du naufrage. »

***

« Si quelqu’un te parle avec des flammes, réponds-lui avec de l’eau

Sache que le seul combat qui se gagne c’est le duel qui devient duo ».


Extrait One Poet Show